Le premier semestre d’exploitation rétrospectivement: le personnel se forme, des éclaircissements sont nécessaires, des turbulences COVID

Grâce à votre grand soutien, le centre de santé médical de Bekoko a ouvert ses portes aux patients le 22 janvier.

Au cours des premiers mois, les collaborateurs, tous issus de la région, sont devenus une force bien rodée. Deux médecins, deux infirmières, une aide-soignante, un technicien de laboratoire, deux employés de l’administration et une garde de nuit/jardinier – cette équipe s’occupe des patients de manière fiable, professionnelle et très motivée.

Dès que le personnel s’est familiarisé avec les équipements de laboratoire et le nouvel environnement de travail, le virus COVID-19 a posé de nouveaux défis à l’ensemble du centre de santé. À partir de ce moment, l’accent a été mis sur les campagnes d’éducation et la formation pour ralentir la propagation du virus. Pour en savoir plus, consultez cette lettre d’information.

Les principaux indicateurs des 6 derniers mois sont les suivants:

  • 425 patients ont visité le centre de santé.
  • Les patients se sont rendus 607 fois au centre de santé.
  • Parmi eux, 60 cas de paludisme ont été diagnostiqués.
  • En plus du paludisme, de nombreux patients ont également visité le centre en raison de l’inflammation gastro-intestinale et des ulcères de l’estomac.

Ces derniers mois nous ont montré que le centre de santé remplit son objectif, mais que nous avons encore beaucoup à faire. Dans un avenir proche, nous prévoyons d’agrandir l’installation solaire afin de pouvoir exploiter tous les équipements de laboratoire de manière sûre et autonome (indépendamment des coupures régulières du réseau public) et installer une fenêtre de pharmacien pour faciliter la délivrance de médicaments aux patients et réduire ainsi le contact avec le personnel – en raison de Corona – au minimum nécessaire.

The first 6 months of the year were very challenging because of the COVID-19 pandemic. Especially for us here, in a community where many people strongly believe in the misinformation spread online through social media. But on another side, this situation gave us the unique opportunity to do many community outreach and thus to connect with the community on a deeper level. So despite the challenges, I can say it was a good period because I believe the seeds we planted during that time, will bear many fruits in the future.
Dr. Armand Nijafo

Armand Nijafo

Joël

Laissez un commentaire